Sign up with your email address to be the first to know about new products, VIP offers, blog features & more.

Marie-Galante + Les Saintes

Vous allez prendre une bonne grosse dose de bleu turquoise dans cet article, puisque je vous emmène aux Antilles, et plus précisément dans deux îles de l’archipel guadeloupéen. Fin Mars, je suis allée à Marie-Galante, avec une petite visite aussi sur l’île des Saintes. Comme nous avons bien fait le tour de ces deux petites îles, j’avais envie de vous en parler en long, en large et en travers avec tout ce que vous devez savoir si vous souhaitez vous y rendre. Sinon, vous êtes aussi les bienvenus pour en prendre plein les mirettes !

 

marie galante plage

marie galante plage

 

Marie-Galante

marie galante plage

marie galante plage

marie galante plage

 

l’île

L’île de Marie-Galante est une galette. Sans être péjorative, elle est toute ronde et franchement plate, et le sommet le plus haut culmine à 204 mètres ! L’avantage est que l’île accroche donc très peu les nuages, par rapport à la Guadeloupe par exemple, et il y a de fortes chances d’avoir des côtes toujours bien dégagées. L’autre point à savoir : elle est la 3ème plus grande île de l’archipel, avec une superficie de 158 km2. Pourtant, on y fait très vite le tour et ce, dans les deux sens du terme : il faut compter précisément 84km. Marie-Galante, c’est trois villes principales : Capesterre, Grand-Bourg et Saint-Louis – qui sont toutes les trois sur les côtes. Dans les terres, il y a des petits hameaux peut-être… des habitations éloignées les unes des autres bénéficiant donc d’assez d’espace pour faire de l’élevage (boeufs, vaches, coqs, poules et autres biquettes en quasi-liberté). Marie-Galante est assez peu touristique, même s’il y a du passage de tous les horizons. Principalement, je dirais, des retraités qui viennent profiter du soleil et de la douceur de vivre quelques mois dans l’année. La vie quotidienne tourne autour de l’agriculture, de la pêche et surtout de la production de rhum et de sucre. Marie-Galante est riche en champs de canne à sucre et on y trouve trois distilleries qui fabriquent des jus vendus dans le monde entier. La récolte et la production se fait en partie à l’ancienne, et il n’est pas rare de voir des hommes couper à la main la canne et la transporter sur des charrues tirées par des boeufs. Pour la petite anecdote, l’île est la seule à avoir une dérogation pour produire du rhum à 59%, donc très prisé des amateurs ! 

Pour venir à Marie-Galante depuis la Guadeloupe, il suffit de prendre un bateau depuis Point-à-Pitre. Le trajet dure un peu moins d’une heure, et plusieurs compagnies font la liaison plusieurs fois par jour pour 40€ aller-retour. Pour certaines compagnies, il est possible de réserver son ticket sur Internet puis de le retirer sur des bornes au port – sinon il y a des billetteries sur place qui ouvrent 1h avant chaque départ. Toutes les infos sont sur le site de l’office du tourisme. Sur place, le mieux est quand même de se déplacer en voiture ou en scooter. Il y a quelques navettes mais ce n’est pas le plus pratique pour un transport touristique, et le taxi est loin d’être la spécialité locale.

 

marie galante guadeloupe

marie galante guadeloupe

marie galante guadeloupe

marie galante plage

marie galante guadeloupe

marie galante guadeloupe

marie galante guadeloupe

marie galante guadeloupe

 

où dormir

Marie-Galante n’était pas réellement une île touristique, ne vous attendez pas à trouver des resort et autres clubs. Il y a quelques petits hôtels, parfois très charmants et avec tout le confort, mais surtout des gîtes et des bungalows/studios/apparts à louer. Sinon, vous avez l’option villa qui peut être sympa lorsque vous êtes à plusieurs ! Nous étions en villa chez un « ami d’ami », donc je ne peux vous éclairer vraiment là-dessus. Néanmoins, une partie des possibilités d’hébergement sont sur le site de l’office du tourisme ; j’imagine que sinon vous trouverez votre bonheur sur tripadvisor ! Il y en a pour toutes les envies et tous les prix, sachez également qu’en lisant les guides et en cherchant sur Internet, vous n’aurez pas vraiment de mauvaises surprises ! Les antillais sont accueillants à souhait ! Le wifi n’est pas la règle, ainsi que la climatisation. Si vous ne pouvez vous passer de l’un ou de l’autre (ou des deux), vérifiez avant de vous engager. 

En parcourant les différents sites, j’ai également découvert que beaucoup de gens qui aimaient les « voyages sac à dos » parcouraient les Antilles. Soumises aux mêmes lois que la France, le camping sauvage est tout de même beaucoup plus toléré ici. D’après les témoignages, il est également très agréable de se faire accueillir chez l’habitant. Avis donc aux voyageurs « Pekin Express » !

où manger

Si l’on fait le tour rapidement, il est quand même possible de trouver des très bonnes adresses à Marie-Galante. À Saint-Louis, nous avons adoré le restaurant La Baleine Rouge (0590485787), qui a d’ailleurs un look très sympa et coloré. Sur la terrasse vue sur mer, vous pourrez déguster la pêche et la cuisine locale côté raffiné ! Jetez-vous sur les entrées, à déguster à plusieurs en tapas. Possibilité également de louer des paddles. Un peu plus loin, Aux Plaisirs des Marins, pour une table créole typique – un peu moins de cuisine mais des produits frais à la sauce locale, les pieds dans le sable. Autre très bonne adresse : La Table du Père Labat (0690378491). Restaurant niché au sein de la distillerie, la cuisine y est très raffinée avec des produits frais locaux et quelques saveurs du continent. Équipe sympa et cuisine ouverte. À noter : carte des desserts très complète et alléchante, ce qui est rare aux Antilles !

Bien évidemment, le reste du temps, je vous conseille vivement de faire votre petit marché matinal ! Dans les 3 grandes villes, les marchés sont bien fournis, notamment pour la pêche du jour. Surtout que c’est le moment le plus animé de la journée. Je vous conseille également de commander du fricassé de poulet : morceaux très généreux. À Grand-Bourg, Jackalain Primeur pour vos fruits et légumes (meilleur rapport qualité/prix et gérants extrêmement gentils) ; Toto vers la plage des Bébés en bord de route pour la pêche bien fraîche à 10 euros le kilo.

 

marie galante location

marie galante plage

marie galante plage

marie galante plage

marie galante plage

marie galante plage

marie galante plage

marie galante guadeloupe

marie galante guadeloupe

 

marie galante guadeloupe

marie galante guadeloupe

 

les plages

marie galante plage

L’attraction de l’île, ce sont les plages à couper le souffle. Pour celles qui aiment palmier et sable blanc, vous allez être servie. Personnellement, j’ai adoré Feuillère car il y a la dose de cocotiers – et à quatre heures vous pourrez déguster une glace coco faite devant vos yeux. Sinon, à mériter un peu plus, l’anse Feuillard où il vous faudra marcher une vingtaine de minutes, mais ça vaut le coup – option air d’île déserte incluse ! Sinon, il y a la plage Moustique qui est aussi très belle et beaucoup plus grande. Faites attentions aux arbres avec le tronc cerclé de rouge à la peinture : en cas de pluie, un liquide en coule et brûle la peau, leurs fruits sont également mortels. On ne s’y abrite donc pas n’y laisse ses affaires. Les plages sont très calmes la semaine, un peu plus animées et familiales le weekend, mais toujours très agréables !

Pour les amateurs de sport nautique, il est possible de faire pas mal de choses sur place : canoë de mer, paddle, voile, kite-surf. Il y a des locations et quelques cours. Il y a également plusieurs centres de plongées – et si l’île n’a pas les plus beaux fonds marins de la Terre, soyons clairs, c’est l’endroit parfait pour faire un baptême !

De Juin à Septembre, certaines plages sont le lieu de pondaison des tortues. Elles sont très protégées, mais des observations et des nocturnes sont organisées et encadrées par des structures locales. Le reste de l’année, on fait quand même très attention.

Et enfin, n’oubliez surtout pas de venir avec votre masque et votre tubas. Les fonds et petites barrières de coraux sont à explorer et assez faciles d’accès. Pour les plus aguerris, vous pourrez même pêcher vos langoustes (en connaissance des règles de pêche en gabarits minimums bien sûr).

marie galante plage

marie galante plage

marie galante plage

 

à voir, à faire

Marie-Galante a quand même un passé historique, dont les quelques ruines peuvent relater. En effet, elle est surnommée l’île au cents moulins pour sa grosse activité passée d’agriculture de la canne. Si, comme ça, cela peut paraître chouette pour l’économie de l’île, en réalité c’est un lourd passé d’esclavage et de traite négrière. On peut donc retrouver plusieurs lieux historiques de domaines d’esclavagisme avec maisons de maîtres qui sont, visiblement, pas du tout dans le style habituel de l’île. Ces lieux sont à visiter gratuitement en journée. À noter : la maison Murat propose un parcours audio-guidé très bien fait pour comprendre l’histoire de cette île et de la traite en France en général.

Vous pouvez également visiter les distilleries, comme celle de Bellevue. Préférez un jour en semaine pour la voir fonctionner. Dans tous les cas, de grands panneaux vous expliquent le fonctionnement mais c’est quand même plus sympa de le voir en vrai. Must-see : lorsque la charrue arrive pour être ensuite pesée !À la fin de votre visite, faites un tour par la boutique : un bar vous attends pour déguster gracieusement les rhums et liqueurs… il y en a pour tous les goûts. PS : si vous ne prenez qu’un seul verre, vous risquez d’être jugé (lol !).

Enfin, je vous conseille vivement de partir flâner, à la découverte autant des terres que des côtes. Marie-Galante est quand même une île à part, naturellement typique. Vous pourrez vous imprégner de la vie locale, découvrir des paysages, des gens et une culture tant préservée. Appréciez aussi l’architecture, les couleurs des cases (maisons) et leur parfois joyeux bordel ! Je dirais vraiment que l’île est ante-trouristique et parfaite pour le vivre local. D’ailleurs, si vous aimez la randonnée, des circuits sont organisés le dimanche (associations locales).

Même si ce n’est pas l’ambiance toute l’année, il y a quelques fêtes et manifestations. Le calendrier est encore une fois à retrouver sur le site de l’office du tourisme. À noter quand même : le festival de blues qui est très réputé, le tour de cyclisme pour les amateurs (j’ai vu pas mal de cyclistes sur l’île d’ailleurs !) et les compétitions de boeufs tirants.

 

marie galante esclavage

marie galante esclavage

 

marie galante location

marie galante location

marie galante guadeloupe

marie galante guadeloupe

 

Les Saintes

«

les saintes guadeloupe

les saintes guadeloupe

 

l’île

Les Saintes, minuscule archipel (sérieusement, regardez sur une carte !), mais pas moins riche de paysages. Pour le petit topo, sont sont des îlots, avec deux principaux : Terre-de-Haut et Terre-de-Bas. Si le culminant est à 309m, l’île étant toute petite elle paraît très vallonée. Mais surtout, c’est là que se trouve parmi les plus belles baies du monde. Je vous laisse apprécier sur les photos, sincèrement c’est assez impressionnant de beauté.

Du coup, le lieu est devenu très touristique. Les navettes arrivent de Marie-Galante, mais surtout de plusieurs villes en Guadeloupe. Le flot arrive dès 9h du matin pour y passer une bonne partie de la journée. Les scooters et petites voiturettes sont prises d’assaut direction les lieux touristiques et les plages. Dans les rues : boutiques de souvenirs, glaciers, snacks et autres restaurants. Alors, il y a du monde, beaucoup de monde. L’île est sublime, mais on a une impression d’attraction géante. C’est une île excursion, une île musée ! Pour préparer cet article, j’ai fait quelques lectures, et cela a confirmé mon impression. La majorité des habitants à l’année sont des (ou descendants) continentaux et européens. Il y a peu d’antillais d’origine antillaise. Et surtout, le tourisme est la plaque tournante, j’ai d’ailleurs eu l’impression que tout le monde travaillait donc dans le tourisme. Aussi, la température est plus aride et la topographie ayant plus de reliefs, il n’y a jamais vraiment eu d’agriculture sur cet île. Je n’ai pas vu de champs de canne, et, contrairement à Marie-Galante, il n’y a pas d’élevage de boeufs – que des chèvres. Aussi, un habitant nous a confirmé qu’il y a avait 200 pêcheurs sur l’île… mais au marché nous n’avons pas vu grand chose ; d’ailleurs, il est très petit et plutôt chiche. 

Toujours est-il que cette île ressemble à un petit paradis. Nous avons choisi de rester une nuit afin de profiter de la fin d’après-midi et de la soirée, lorsque l’île se vide – et nous avons bien fait ! Cela permet surtout d’être tranquille sur le timing, sans avoir à se précipiter vers le port dès 16h. L’île est petite, certes, mais la fin d’après-midi à la plage est tellement précieuse qu’il serait dommage de s’en passer. En deux jours, vous aurez fait le tour, tout en ayant tout vu et profité de tout !

 

«

les saintes guadeloupe

les saintes guadeloupe

 

à voir, à faire

Déjà, indispensable : le moyen de transport sur place. Vous avez le choix : le minibus pour un tour de l’île organisé (une dizaine d’euros par personne), le scooter (30€ la journée le 50), la voiturette électrique (60 à 70€ en fonction des modèles), ou le vélo électrique. Nous avons choisi de prendre un scooter car nous étions deux. Il n’y a généralement pas de concurrence sur les prix, mais je vous conseille de vous fier aux guides pour choisir votre loueur car l’état des scooters n’est pas équivalent. C’est assez important vu la typologie des routes et votre habitude ou non. Nous avons eu un scooter en assez bon état, pour deux jours ça allait… même si finalement nous aurions préféré un 125 car certaines côtes sont raides et c’était juste juste avec un 50 ! Sachant que nous n’étions pas du tout chargés. Ah, si on avait su, on aurait surtout pris l’option vélo électrique. Les voiturettes électriques, c’est parfait pour une famille et ça ne fait pas de bruit. Renseignez-vous vraiment avant pour considérer toutes les options voire même réserver car dès l’arrivée des bateaux c’est la petite bataille. Il y a pied l’option « à pied », mais vous allez perdre beaucoup de temps et ça grimpe parfois pas mal. 

Le matin, direction le Fort Napoléon afin de découvrir ses jardins mais aussi de faire une petite visite qui ravira les fans de pirates. C’est aussi là que vous aurez une des plus belle vue de l’ensemble des îles des Saintes à quasi 360° (il faudra un peu s’aventurer dans les petits sentiers). Vous pouvez également apercevoir des Iguanes, avec un peu d’observation et de patience. L’intérieur du fort (jardins + musée, 6€) n’est ouvert que le matin ; il y a donc un peu de monde, mais je vous le conseille vivement – on verra après comment éviter les touristes ! Si vous voulez vous en passer, vous pouvez bien évidemment grimper à tout moment de la journée, mais il faudra se contenter de rester en dehors des murailles.

Autre grimpade à faire : le morne du Chameau (le plus haut) afin d’avoir une sublime vue sur le Pain de Sucre. Là, il faudra s’arrêter devant les barrières et continuer à pied (ou vélo) pendant 45 minutes. Il faisait très chaud lors de notre séjour, alors je dois avouer que j’ai mis mon petit véto ! Je pense que le sentier est assez accessible, mais il n’y a pas foule non plus… donc à faire si vous aimez marcher.

Sinon, j’ai également beaucoup aimé parcourir l’île dans tous ses recoins. Heureusement qu’Alexis et très bon en orientation car je me serai perdue – bien que tout soit bien indiqué. Ainsi, vous découvrirez des endroits un peu plus confidentiels, des plages vides, etc.

Pour les plages, deux sont très prisées : la plage de Pompierre et la plage du Pain de Sucre. La plage de Pompierre est très étendue donc vous pouvez y aller à n’importe quelle heure de la journée sans que ce soit la cohue. Si vraiment vous aimez le calme, préférez avant 10h et après 15h. Elle est également parfaite pour nager, car pas de bateaux et pas dangereuse/très calme jusqu’à l’îlet d’en face (voire photo ci-dessous). Vous pouvez même le rejoindre à la nage ou à pieds (Alexis m’a d’ailleurs dit qu’il avait eu pied jusque là bas). J’ai trouvé cette plage très agréable ! Il y a des petits abris, des tables et des douches – plage familiale par excellence. La plage de Pain de Sucre bénéficie d’une superbe vue… sur le Pain de Sucre. Mais elle est toute petite et c’est du serviette contre serviette toute la journée. Nous avons donc trouvé une petite astuce : lorsque vous arrivez en bas (il faut descendre par un chemin, environ 5 minutes, accès facile même petits enfants) prenez directement le chemin sur la droite qui contourne la maison. La plage est limite déserte, et vous pourrez toujours retourner sur l’autre à 50m pour vous baigner face au Pain de Sucre !

 

«

les saintes guadeloupe

les saintes guadeloupe

 

où dormir

Si beaucoup choisissent l’excursion à la journée, Les Saintes offre un super choix pour se loger le temps d’une nuit ou plus. Il y a de nombreux hôtels, gîtes et locations. Nous avons choisi l’option hôtel car nous nous sommes décidés à la dernière minute. L’hôtel – Lo Bleu – était au bord de l’eau avec plage et transats ;  situé dans le centre ville, si bien que nous avons pu tout faire à pied le soir pour se balader et aller dîner. Petit plus pour la terrasse avec petit-déjeuner en buffet.

Sinon, nous avons repéré des bungalows sympa avec vue sur le Pain de Sucre et piscine – Boone Vacances – et un hôtel qui avait l’air carrément canon et légèrement isolé pour plus de calme – Kanoa.

où manger

Là encore, vous avez le choix, mais nous avons retenu deux super adresses. Le midi, posez-vous les pieds dans le sable au Ti Bo Doudou. Carte créole et saveurs recherchées, menu avec entrée-plat-dessert au choix pour 25€. Pensez à réserver, c’est une adresse très connue (les premiers à réserver sont le plus au bort de l’eau). Le soir, rendez-vous au Ti Kaz La (0590995763), plus chic. Une carte très sympa, avec des produits locaux et une cuisine fusion créole/continentale ; des plats signés par un chef pour un excellent rapport qualité/prix. Avis aux amateurs de vin pendant le repas, vous trouverez (enfin !) une cave digne de ce nom.

Pour les petites courses, il y a quelques supérettes. Mais honnêtement, je n’ai pas retrouvé la fraîcheur des marchés et primeurs de Marie-Galante. D’ailleurs, tous les restaurateurs nous ont dit qu’il se fournissaient en Guadeloupe par bateau…

 

«

les saintes guadeloupe

les saintes guadeloupe

«

signature
8 Responses
  • Jeanne
    10 avril 2017

    Bonjour Lola,
    Tes photos sont vraiment superbes j’adore bravo ! Ca donne envie de partir en vacances.
    Merci à bientot
    Jeanne

    • Lola
      10 avril 2017

      Merci à toi :)

  • Lisa F
    10 avril 2017

    Bonjour,
    Je suis déjà allée aux Saintes et ça me donne envie de retourner, trop beau et le plages !!!

    • Lola
      10 avril 2017

      Oh chouette !

  • samsha
    10 avril 2017

    Impressionnant ces couleurs!

    • Lola
      11 avril 2017

      oui !!

  • lorahsecrets
    11 avril 2017

    Hello! Super ton article c’est trop tentant! T’es hyper jolie et je kiffe tes vêtements! Elle vient d’où ta robe blanche? Bisous!

    • Lola
      11 avril 2017

      Merci ♥︎ elle vient de Pull&Bear mais ancienne co !

What do you think?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *